Les enfants du RPI vont aux fraises!

 

enfants fraisesLeçon de choses in situ, jeudi matin à « beylon », pour les 27 écoliers des classes de CE2, CM1 et CM2 du RPI Adour-Marsan, venus à bicyclette découvrir l’exploitation d’un producteur de fraises, dans le cadre de l’opération Un petit tour à vélo, sous l’égide de l’Usep. Accueillis au bourg du Leuy par Lous amics, le club des aînés de la commune, le groupe, encadré par les professeurs des écoles et quelques parents, a été conduit jusque chez Didier Cazenave par Guy Dubourg.

Dès leur arrivée dans la cour de la ferme, les écoliers sont tombés en extase devant les deux paons bleu turquoise, qui les ont gratifiés d’une superbe roue et de leur chant si particulier, annonciateur de pluie. Mais c’était surtout pour les fraises que les enfants étaient là et, dans la serre qui abrite les 3 500 pieds, Didier Cazenave leur a fait toucher du doigt les secrets de cette culture hors sol en protection biologique intégrée, exemple type d’une agriculture raisonnée qui a banni les pesticides.

D’ailleurs, à l’entrée de la serre, une pancarte proclame : « Ici, l’insecticide, c’est moi », à côté du dessin d’une coccinelle. Ici, on combat les parasites en lâchant d’autres minuscules insectes, lesquels vont se loger dans les feuillages et détruire naturellement les prédateurs comme le puceron. L’unique variété cultivée est la charlotte . « C’est de la fraise de goût qui ne se conserve pas et qu’il faut consommer en suivant », précise Didier.

Récolte d’avril à novembre

La récolte, qui s’étend d’avril à novembre, avec des creux en période de floraison, est manuelle et requiert un bonne dose de savoir-faire. La production est écoulée auprès des pâtissiers, particuliers et de quelques cantines.

« Demain, à Aurice, vous en dégusterez », a-t-il lancé. Mais, trop gourmands pour résister à la tentation, élèves et maîtresses ont eu l’autorisation de s’égayer sous la serre pour cueillir le fruit de toutes les convoitises. D’autres groupes d’élèves de trois classes de Saint-Sever sont allés visiter la sablière de Meilhan, une palombière, un apiculteur et même la ganaderia des frères Bats à Cauna. « Nous avons encadré 130 enfants aujourd’hui et l’accueil à Le Leuy est formidable », se félicitait Nadine Castillon, la responsable du secteur de Saint-Sever.

De fait, après avoir été initiés au jeu de quilles de 6 par Lous amics dou Leuy, les écoliers ont eu droit à quelques pâtisseries et les accompagnateurs à un apéro-tapas de catégorie, preuve qu’à Le Leuy, on sait recevoir.

(Article paru dans Sud-Ouest le 26/06/2014)